HEALTHSHELTER AND SETTLEMENTFOOD SECURITY AND NUTRITIONWATER SUPPLY, SANITATION AND HYGIENE PROMOTIONCORE HUMANITARIAN STANDARDPROTECTION PRINCIPLESTHE HUMANITARIAN CHARTERWHAT IS SPHERE

Table des matières

Avant-propos

Remerciement

Introduction

Normes d’inclusion clés

Norme d’inclusion clé 1: identification

Norme d’inclusion clé 2: accès sûr et équitable

Norme d’inclusion clé 3: résilience

Norme d’inclusion clé 4: connaissances et participation

Norme d’inclusion clé 5: retour d’information et plaintes

Norme d’inclusion clé 6: coordination

Norme d’inclusion clé 7: apprentissage

Norme d’inclusion clé 8: ressources humaines

Norme d’inclusion clé 9: gestion des ressources

Normes d’inclusion relatives à la protection

Normes d’inclusion relatives à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène

Normes d’inclusion relatives à la sécurité alimentaire et aux moyens de subsistance

Normes d’inclusion relatives à la nutrition

Normes d’inclusion relatives aux abris, à l’habitat et aux articles ménagers

Normes d’inclusion relatives à la santé

Normes d’inclusion relatives à l’éducation

Glossaire

Notes en fin de texte

Avant-propos

Le principe humanitaire d’impartialité (qui demande d’agir en fonction du besoin et sans discrimination) nécessite de la part des acteurs humanitaires l’établissement de priorités qui tiennent compte des besoins de toutes les personnes affectées par une crise. Pourtant, nous savons que le système humanitaire n’inclut toujours pas de manière systématique les personnes âgées et les personnes handicapées.

Sphère se félicite de l’élaboration de ces normes éprouvées pour guider la communauté humanitaire. Nous avons appuyé le pilotage important de ce projet comme une contribution vitale aux convictions fondamentales de Sphère: toutes les personnes en situation de crise ont le droit de vivre dans la dignité et toutes les mesures possibles doivent être mises en œuvre pour soulager la souffrance dans de telles situations. Sans une compréhension des besoins et des priorités de tous (en particulier de ceux qui sont souvent moins visibles dans une crise), les humanitaires ne peuvent pas prétendre soutenir la dignité et les droits de manière impartiale.

Des engagements ont été pris à l’échelle internationale en faveur de l’inclusion des personnes âgées et des personnes handicapées dans l’action humanitaire. La Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées (CDPH) réclame “toutes mesures nécessaires pour assurer la protection et la sûreté des personnes handicapées dans les situations de risque, y compris les conflits armés, les crises humanitaires et les catastrophes naturelles”. Le Sommet humanitaire mondial de 2016 a abouti à la Charte pour l’inclusion et au Programme d’action pour l’humanité, qui ont reconnu qu’une approche plus systématique était nécessaire pour garantir que personne ne soit oublié dans l’action humanitaire.

Ces normes fournissent aux praticiens et aux organisations des actions claires qui peuvent être prises pour protéger, soutenir et impliquer les personnes âgées et les personnes handicapées et nous aider à réaliser ces engagements. Elles donnent des orientations pour identifier et surmonter les barrières à la participation et à l’accès dans divers contextes et à toutes les étapes du cycle des programmes humanitaires.

Ces normes représentent une avancée importante et positive vers la promotion et l’amélioration des actions visant à répondre aux besoins de tous avec une impartialité de principe. J’espère que vous nous aiderez à les diffuser largement, en préconisant leur application, en offrant une formation à leur application et en les mettant entièrement en pratique dans le domaine humanitaire.

Christine Knudsen, Directrice générale, Sphère

©CBM/Shelley

Remerciements

Les normes d’inclusion humanitaire pour les personnes âgées et les personnes handicapées ont été élaborées par le Programme de renforcement des capacités relatives à l’âge et au handicap (ADCAP), une initiative de l’Age and Disability Consortium. Les membres du consortium sont CBM, DisasterReady.org, Humanity & Inclusion (HI), HelpAge International, la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC), Oxford Brookes University et RedR UK.

L’ADCAP s’est associé à la Croix-Rouge kenyane, CBM et Christian Aid au Kenya; Concern Worldwide, Islamic Relief et HelpAge International au Pakistan; et Islamic Relief Worldwide et Christian Aid au Royaume-Uni.

La rédaction de la version révisée a été gérée par Giulia David (CBM) et Kate Aykroyd (Humanity & Inclusion), avec le soutien de Philip Hand et Irene van Horssen (HelpAge International), Ricardo Pla Cordero (Humanity & Inclusion), Valérie Scherrer et Kirsty Smith (CBM).

Nous tenons à remercier tous ceux et celles qui ont révisé les ébauches et apporté leur précieuse contribution, notamment:

  • Les membres de l’Age and Disability Consortium qui ont participé au développement de la version pilote et à sa révision: Irene van Horssen, Diana Hiscock, Philip Hand, Ivan Kent et Marcus Skinner (HelpAge International); Kate Aykroyd et Ricardo Pla Cordero (Humanity & Inclusion); Giulia David, Kirsty Smith, Valérie Scherrer, Laura Gore, Tushar Wali et Christian Modino Hok (CBM); Tina Tinde, Kaisa Laitila et Siobhán Foran (IFRC); Kate Denman et Isabelle Robinson (RedR UK); Supriya Akerkar (Oxford Brookes University).

  • Les membres du Groupe de révision, qui ont dirigé l’ensemble du processus de révision, ont aidé à hiérarchiser les changements à apporter à la version pilote et à les introduire dans la version révisée: Aninia Nadig (Sphère); Emma Pearce (Commission des femmes pour les réfugiés); Gergey Pasztor (Comité international de secours); Georgia Dominik, Jose Viera et Emmanuel Jacq (IDA, Alliance internationale du handicap); Kelly Fitzgerald (Comité ONG sur le Vieillissement, Genève); Emily Beridico (COSE – coalition de services pour les personnes âgées); Kirstin Lange (UNHCR); Maria Kett (Leonard Cheshire Disability and Inclusive Development Centre, UCL).

  • Les experts clés du secteur qui ont apporté une contribution technique aux chapitres de la version révisée: Pauline Thivillier (Humanity & Inclusion), Angela Rouse (CDAC Network), Mark Gorman (HelpAge International) et Silvia Perel-Levin (Présidente, Comité ONG sur le Vieillissement, Genève): Normes d’inclusion clés; Emma Pearce (WRC), Boram Lee (WRC), Alice Hawkes (IRC), Gergey Pasztor (IRC): Protection; Mark Buttle (UNICEF) et Magda Rossmann (HelpAge International): WASH; Talal Waheed (HelpAge International), Isabelle Pelly (CaLP): Sécurité alimentaire et moyens de subsistance; Mina Mojtahedi (IFRC) et Juma Khudonazarov (HelpAge International): Nutrition; Corinne Treherne (IFRC) et Erika Trabucco (Humanity & Inclusion): Abris, habitats et articles ménagers; Eric Weerts (Humanity & Inclusion), Alessandra Aresu (Humanity & Inclusion), Davide Olchini (Humanity & Inclusion) et Juma Khudonazarov (HelpAge International): Santé; Sian Tesni (CBM) et Julia McGeown (Humanity & Inclusion): Éducation.

Nous remercions les conseillers en matière d’inclusion appuyés par l’ADCAP qui ont utilisé la version pilote des normes, fourni de précieux commentaires et échangé des bonnes pratiques et des études de cas, dont beaucoup figurent dans cette édition: Claire Grant, Sharon Jelagat Kibor, Ayisha Mohamed (Christian Aid); Sherin Alsheikh Ahmed et Farooq Masih (Islamic Relief); Anwar Sadat (HelpAge International); Michael Mwendwa (CBM); Lillian Matemu (Croix-Rouge kenyane) et Shafqat Ullah (Concern Worldwide).

Nous tenons également à souligner la contribution de plus de 300 personnes représentant des organisations de personnes handicapées, des associations de personnes âgées et des organisations humanitaires du monde entier. Leurs commentaires sur la version pilote ont apporté une contribution essentielle à cette édition. Nous les remercions de leur engagement et de leur dévouement constant en faveur de l’inclusion des personnes âgées et des personnes handicapées dans l’action humanitaire.

Introduction

À l’échelle mondiale, environ 15% de la population vit avec un handicap.1 Selon les estimations, 13% de la population mondiale a plus de 60 ans.2 Plus de 46% des personnes âgées de plus de 60 ans ont un handicap.3

Selon les principes humanitaires, l’aide et la protection humanitaires doivent être fournies en fonction des besoins, sans discrimination. Personne ne devrait être exclu de l’action humanitaire, que ce soit délibérément ou par inadvertance. Néanmoins, la capacité des acteurs humanitaires à remplir cet engagement reste limitée. La discrimination fondée sur le handicap, l’âge et le sexe accompagne souvent d’autres formes de discrimination pour priver les personnes âgées et les personnes handicapées de leur droit à une aide et de participer à l’action humanitaire.

Objet des normes

Les normes d’inclusion humanitaire pour les personnes âgées et les personnes handicapées visent à combler le fossé dans la compréhension des besoins, des capacités et des droits des personnes âgées et des personnes handicapées, et à promouvoir leur inclusion dans l’action humanitaire.

Elles sont conçues à la fois pour renforcer la responsabilité des acteurs humanitaires envers les personnes âgées et les personnes handicapées et pour soutenir la participation des personnes âgées et des personnes handicapées à l’action humanitaire. Les normes peuvent servir d’orientations pour les programmes et de ressource pour la formation et le plaidoyer, en particulier pour influencer les politiques et les pratiques des organisations afin qu’elles soient plus inclusives.

Les normes d’inclusion humanitaire pour les personnes âgées et les personnes handicapées se composent de neuf normes d’inclusion clés, tirées des neuf engagements de la Norme humanitaire fondamentale de qualité et de redevabilité (CHS), et de sept ensembles de normes d’inclusion sectorielles: protection, eau, assainissement et hygiène; sécurité alimentaire et moyens de subsistance; nutrition, abris, habitat et articles ménagers; santé et éducation.

Chaque chapitre présente un ensemble de normes avec des actions clés pour répondre à la norme, des notes d’orientation pour soutenir la mise en œuvre des actions, des outils et des ressources, et des études de cas illustrant comment les personnes âgées et les personnes handicapées ont été incluses dans les interventions humanitaires. Dans certains cas, les études de cas utilisent des textes provenant de sources externes ou privilégient la terminologie de l’organisation qui fournit les informations.

Les normes d’inclusion sectorielles sont structurées autour de trois domaines clés d’inclusion:

  1. la gestion des données et de l’information

  2. la lutte contre les barrières

  3. la participation des personnes âgées et des personnes handicapées et le renforcement de leurs capacités.

Les normes d’inclusion sectorielles sont conçues pour être utilisées conjointement avec les normes d’inclusion clés.

Dans le cadre de ces normes, “l’inclusion” est considérée dans le contexte des personnes âgées et des personnes handicapées, bien qu’il soit reconnu qu’il existe d’autres groupes à risque qui ont des difficultés d’accès et de participation et qui sont victimes de discrimination fondée sur leur statut, notamment l’âge, le sexe, la race, la couleur, l’ethnie, l’orientation sexuelle, la langue, la religion, l’état de santé, les opinions politiques ou autres, l’origine nationale ou sociale.

Principes et cadres sous-jacents

Les normes d’inclusion humanitaire pour les personnes âgées et les personnes handicapées complètent un certain nombre de normes et de cadres du droit international humanitaire, du droit et des conventions en matière de droits de l’homme, y compris la Convention relative aux droits des personnes handicapées. Elles s’appuient sur ces principes de base:

  • Les principes humanitaires d’humanité, d’impartialité, de neutralité et d’indépendance

  • La non-discrimination

  • L’accessibilité

  • Le respect de la dignité inhérente aux personnes âgées et aux personnes handicapées

  • La participation active et efficace et l’égalité des chances

  • Le respect de la diversité et l’acceptation des personnes âgées et des personnes handicapées

  • L’égalité entre les personnes de sexe et de groupe d’âge différents.

Les normes d’inclusion humanitaire pour les personnes âgées et les personnes handicapées complètent la protection transversale, définie par le Groupe sectoriel mondial de la protection, comme le processus d’intégration des principes de protection et de promotion d’un accès significatif, de la sécurité et de la dignité dans l’aide humanitaire.

Les normes d’inclusion humanitaire pour les personnes âgées et les personnes handicapées sont conçues pour être utilisées conjointement à la Charte humanitaire du projet Sphère et aux standards minimums de l’intervention humanitaire, la Norme humanitaire fondamentale de qualité et de redevabilité (CHS) et d’autres normes complémentaires du projet Sphère. Les normes d’inclusion humanitaire pour les personnes âgées et les personnes handicapées encouragent une double approche qui vise à inclure les personnes âgées et les personnes handicapées dans l’action humanitaire. Il s’agit de prévoir des interventions spécifiques ciblant les personnes âgées et les personnes handicapées, de soutenir leur autonomisation et d’intégrer des mesures adaptées à l’âge et au handicap dans les politiques et les programmes, à tous les stades.

Comment les normes ont-elles été élaborées ?

Les normes d’inclusion humanitaire pour les personnes âgées et les personnes handicapées ont été élaborées par l’Age and Disability Consortium, un groupe composé de sept organisations cherchant à promouvoir une aide humanitaire qui intègre l’âge et le handicap. Elles ont été élaborées dans le cadre du Programme de renforcement des capacités relatives à l’âge et au handicap (ADCAP).

Une version pilote a été publiée en 2015 sous le titre Normes minimales d’inclusion de l’âge et du handicap dans l’action humanitaire. Le projet pilote s’est appuyé sur un examen approfondi des directives et des normes existantes.

Une révision de la version pilote a été entreprise en 2017. Des consultations, des enquêtes et des entretiens avec plus de 300 experts techniques, praticiens humanitaires et organisations de personnes handicapées et d’associations de personnes âgées, provenant de 139 organisations de 26 pays, ont fourni des retours d’information et des recommandations pour cette édition révisée.

Ces normes constituent toujours un document vivant. Elles sont destinées à être révisées périodiquement, sur la base d’autres retours d’information et recommandations. Elles ont été conçues comme une première étape pour aider les organisations humanitaires à intégrer les personnes âgées et les personnes handicapées dans leurs interventions. Au fil du temps, des indicateurs seront élaborés sur la base des contributions et de l’expérience des organisations humanitaires qui appliqueront ces normes.